Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 17:06
Partager cet article
Repost0
Published by Syndicat indépendant de la police municipale - dans Faits divers
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 19:22
gyropodes
Ben alors Monsieur Havrin ? Non content de  refuser le débat avec nous il semble que votre "police de proximité" foire lamentablement ? Vous allez faire quoi ? Une rafale de dialogue? Envoyer une brigade de "chuteurs" sur des gyropodes de l'espace ? On attend vos propositions, on n'a pas si souvent l'occasion de rigoler ...

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Un policier municipal passé à tabac

agression

Les trois agents intervenaient pour faire enlever une voiture mal garée qui gênait le ramassage des poubelles./Photo DDM. Frédéric Charmeux
Les trois agents intervenaient pour faire enlever une voiture mal garée qui gênait le ramassage des poubelles./Photo DDM. Frédéric Charmeux
Les trois agents intervenaient pour faire enlever une voiture mal garée qui gênait le ramassage des poubelles./Photo DDM. Frédéric Charmeux

Un policier municipal de Toulouse a été tabassé, hier matin, par un habitant du centre-ville qui n'acceptait pas que sa voiture mal garée soit enlevée par la fourrière

Une patrouille de trois policiers municipaux, deux hommes et une femme, est intervenue, hier matin, vers 8 h 45, dans le début de la rue Mespoul, à Toulouse, pour procéder à l'enlèvement d'une voiture mal garée qui gênait le ramassage des poubelles.

Au moment où le camion de la fourrière commençait à charger le véhicule, son propriétaire a vu la scène de sa fenêtre. Aussi sec, cet homme de 36 ans, est descendu de chez lui pour tenter d'empêcher le camion d'emporter sa voiture. Très énervé, il s'est immédiatement mis à insulter les trois policiers qui lui ont demandé de recouvrer son calme. Mais, loin d'y parvenir, il s'est rué sur l'un des agents pour le frapper. Ce dernier est parvenu à éviter la charge et son collègue a tenté de s'interposer pour le maîtriser en douceur. Le propriétaire du véhicule s'en est alors pris à lui.

Nez fracturé et coups dans les côtes

Assurément incapable de se contrôler, il l'a griffé au visage avant de lui enfoncer plusieurs doigts dans la bouche pour lui tirer la joue avec force. Face à une telle explosion de violence, il a été, à son tour, secouru par son collègue. Mais, l'agent qui venait de recevoir tous ces coups est tombé au sol et l'habitant de la rue Mespoul lui a aussitôt porté plusieurs coups de pieds sur tout le corps. Finalement maîtrisé, il a été remis aux policiers nationaux qui l'ont placé en garde à vue. L'agent passé à tabac a, quant à lui, été conduit à l'hôpital Purpan où un médecin légiste a diagnostiqué qu'il souffrait d'une fracture du nez et d'une suspicion de fracture à plusieurs côtes. Il s'est vu délivrer une interruption temporaire de travail (ITT) de deux jours. Il a décidé de porter plainte tout comme son collègue.

L'agresseur devrait être poursuivi pour « coups et blessures volontaires sur personne dépositaire de la force publique ».

Partager cet article
Repost0
Published by Syndicat indépendant de la police municipale - dans Faits divers
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 19:19
AFP
24/01/2011 | Mise à jour : 12:49
Réactions (6)

Un couple de retraités tué par balles a été retrouvé à son domicile à Saint-Witz (Val-d'Oise) samedi, a-t-on appris aujourd'hui auprès du parquet de Pontoise. Le couple a été découvert par leur fils et un voisin.

"Une des victimes a été retrouvée dans le jardin et une autre dans la maison", a déclaré le parquet, confirmant une information du Parisien. "Plusieurs impacts de balles ont été relevés sur les corps, on peut affirmer qu'ils ont été tués", a ajouté le parquet.

Les victimes, âgées de 67 ans, françaises d'origine belge, habitaient à Saint-Witz depuis plusieurs années. "Il s'agissait de gens paisibles, sans histoires", selon les premiers éléments de l'enquête. Une autopsie devait être pratiquée aujourd'hui. L'enquête a été confiée à la section de recherches de la gendarmerie de Versailles.

Partager cet article
Repost0
Published by Syndicat indépendant de la police municipale - dans Faits divers
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 16:52

Le SIPM-FPIP/EUROCOP tient à exprimer ses sincères condoléances à la familles, aux proches et aux amis de notre collègue surveillant pénitentiaire .

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Flic US hommage

 

 

 

Un surveillant de la prison de Châteaudun (Eure-et-Loir) s'est suicidé jeudi dernier. Agé de 37 ans, l'homme, qui était pompier volontaire dans un centre de secours du Loir-et-Cher, avait été victime de cinq agressions physiques en six ans, «dont une très grave il y a 18 mois», raconte le syndicat Force ouvrière. Un porte-parole local de FO pénitentiaire a associé ce geste désespéré aux conditions de travail dans la prison.

 

Nous allons oeuvrer pour que ce suicide soit reconnu par l'administration pénitentiaire comme un accident de travail», a précisé le syndicat. Une minute de silence a été respectée lundi à l'appel des agents, en hommage à leur collègue défunt.

 

«La prison de Châteaudun est devenue une zone de non-droit»

Un psychologue s'est rendu dans l'après-midi au centre de détention de Châteaudun, à la rencontre des gardiens, tandis qu'une entrevue s'est déroulée le matin entre la direction et les syndicats. «La prison de Châteaudun est devenue une zone de non-droit où les détenus ont pris le dessus. Aujourd'hui, nous demandons que les auteurs d'agressions sur les personnels soient transférés dans d'autres établissements, pour que les victimes n'aient plus à les côtoyer», a insisté le syndicat. Le centre de détention de Châteaudun compte 600 détenus.

 

Leparisien.fr

Partager cet article
Repost0
Published by Syndicat indépendant de la police municipale - dans Faits divers
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 16:25

Une nouvelle fois,   un personnel de l'administration pénitentiaire a été victime d'une agression au sein de la maison d'arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone. C'est hier, vers 11 h, à la fin de la promenade des détenus du 3e étage que s'est produite l'agression.

L'un des détenus, assez agressif, s'en serait alors pris, sans raison, à un gradé. Et il a fallu l'intervention de plusieurs de ses collègues pour maîtriser l'agresseur, âgé d'une vingtaine d'années. Celui-ci a été placé en quartier disciplinaire. Quant au gardien, il a été légèrement blessé à un genou et au niveau de la tête.

Reste que ce nouvel incident n'est pas fait pour ramener la sérénité chez les agents de l'administration pénitentiaire.

Preuve : joint, hier soir, au téléphone, Étienne De Sinno (FO pénitentiaire)

a, une fois encore, dénoncé cette attaque. Et prévenu :   « Nous souhaitons le transfert de ce détenu dans un autre établissement sous trois jours, avant que notre collègue reprenne son poste. Sinon, nous emploierons les moyens qu'il faut. Nous ne voulons plus de paroles d'apaisement et sommes résolus à nous faire entendre. Ça suffit ! »
J.-F. C. http://www.midilibre.com/articles/2011/01/13/MONTPELLIER-Prison-enieme-agression-d-39-un-gardien-1506912.php5A P

Partager cet article
Repost0
Published by Syndicat indépendant de la police municipale - dans Faits divers
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 15:31

Le SIPM-FPIP/EUROCOP  a  la mort de 2 collègues de l’ERIS de Marseille dans un tragique accident de la circulation.

Fabrice MANCERON, âgé de 40 ans,

Premier Surveillant aux ERIS de Marseille.

Eric SEGURA, âgé de 38 ans

Surveillant aux ERIS de Marseille.

Le SIPM-FPIP/EUROCOPeris13.jpg  présente à leurs familles, amis, collègues, ses plus sincères condoléances.

Partager cet article
Repost0
Published by Syndicat indépendant de la police municipale - dans Faits divers
3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 13:55

521965-quimby largeSource : http://www.draveil-villages.fr/?p=1963

 

"

 reconnaissant un résident,  fonctionnaire de police de profession, il le menace « je saurai m’occuper de votre carrière » "

Publié le 30 septembre 2010 par chouan

 

La voiture de R. Privat arborant illégalement une cocarde tricolore

Richard Privat, un élu emblématique du « système Tron » 

Après les provocations délibérées, les mensonges sur papier officiel 

  

Les habitants de Champrosay ont encore reçu dans leur boite aux lettres un tract sur papier à en-tête de la mairie signé Richard Privat. Le 1 er adjoint de G.Tron, cette fois-ci ultime volontaire- signataire des brulots municipaux, y donne laborieusement une version très personnelle d’un incident qui s’est produit lors de la « journée du patrimoine » aux abords de la chapelle Sainte Hélène. 

Selon cet élu à tout faire de Georges Tron : 

-      « des visiteurs mais aussi des bénévoles et notamment la femme du maire ont été virulemment (1*) pris à parti par une bande de riverains » 

-      «  le  Prêtre a été l’objet d’insultes » et dans la série plus c’est gros, plus ça passe : « il a fallu des tiers et moi-même (R. PRIVAT) qui s’interposent pour permettre aux Draveillois de visiter la Chapelle sereinement » 

Face à de telles assertions totalement mensongères mettant en cause l’ensemble des riverains de la Chapelle, une plainte a été déposée pour diffusion de fausses nouvelles, dénonciation calomnieuse et diffamation. 

Richard Privat aggrave son cas 

Rappelons que Richard Privat fait déjà l’objet de poursuites judiciaires pour diffamation dans une affaire similaire : l’audience se tiendra devant tribunal correctionnel le 24 novembre 2010.   

Dans cette nouvelle affaire de diffamation sur papier officiel, il est nécessaire que la police puisse faire son travail tranquillement et entende tous les témoins pour que la vérité émerge. 

-      Madame Albane Tron,   que nous considérons comme une femme honnête ne pourra pas soutenir qu’elle a été violemment prise à partie par une « bande de riverains » alors que c’est une jeune voisine de 24 ans (1m64) qui lui a simplement demandé de faire déplacer un véhicule garé à l’entrée de la résidence jouxtant la chapelle. 

-      Il sera aussi difficile au prêtre de témoigner qu’il a été insulté lors de la journée du patrimoine puisque ce jour là, il n’a pas mis les pieds à Champrosay. Joint au téléphone, il nous a assuré que s’il était questionné il se bornerait à dire la vérité. Nous n’en attendons pas moins d’un homme d’Eglise. 

-      Quand à Richard Privat, il va être bien en peine pour trouver ses témoins, qui auraient été – comme il le prétend faussement- empêché de visiter la chapelle. 

  

M. Privat devra en revanche faire face aux témoignages concordants de citoyens parfaitement honorables résidant tous au 35 rue Alphonse  Daudet et ayant tous assisté à la scène. A savoir : 

  

  • Une assistante de direction et son conjoint informaticien
  • Un fonctionnaire du Ministère de l’Intérieur
  • Un professeur vétérinaire et son mari enseignant
  • Un gérant de société

  

Tous on vu M. Privat ce samedi 16 septembre vers 16h se présenter seul au portail et exiger de garer sa voiture (qui arborait d’ailleurs en toute illégalité une cocarde tricolore) dans la cours en criant « Je suis chez, je suis chez moi… ». 

  

En guise de réponse aux résidents qui lui demandaient de maintenir le libre accès de la  voie de desserte des pavillons, M. Privat, vociférant, en est venu aux menaces (2*) 

  

-      « Je vais faire démonter le portillon derrière la chapelle » 

-      « Je vais faire enlever le portail d’entrée » 

-      Vous allez recevoir des lettres recommandées 

  

Plus grave encore… reconnaissant un résident,  fonctionnaire de police de profession, il le menace « je saurai m’occuper de votre carrière » 

Finalement après plusieurs minutes d’une conduite inqualifiable, se sentant totalement discédité par ses provocations insensées, Richard Privat du se résoudre à quitter les lieux non sans  promettre une -illusoire et injustifiée- intevention du commissariat ; Cette menace prouve si cela était encore nécessaire que M. Privat a une fâcheuse tendance à tenter d’utiliser les services de police comme une petite milice personnelle pour faire taire ses contradicteurs. 

Richard Privat qui méconnait visiblement les limites de ses prérogatives d’élu municipal se croit investi de tous les pouvoirs sur ses concitoyens, il devra vraisemblablement répondre de ses agissements inadmissibles devant des enquêteurs de police avant d’avoir à le faire, nous l’espèrons, devant un juge. 

Dans les dictatures comme dans le système Tron, le principe est immuable : il s’agit de faire passer les opposants pour des délinquants, d’user des moyens d’autorité publique pour dissuader les oppositions et d’éviter les débat de fond par des provocations crapuleuses. 

Les Draveillois attachés à l’état de droit, à la défense des libertés publiques  dans leur commune doivent faire bloc pour se débarasser de ces pratiques. Elles ne sont ni dignes de Draveil, ni dignes d’une démocratie ouverte à laquelle aspirent les habitants de notre commune. 

  

1* « Virulemment », le terme employé par Richard Privat sous le sceau de la ville, ne figure pas encore dans le Petit Robert… 

2*(le traitement  humoristique des pitreries publiques de M. Privat dans votre journal de Draveil-villages ne fait pas référence à cet épisode consternant) 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Syndicat indépendant de la police municipale - dans Faits divers
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 15:27

http://www.laprovence.com/article/digne-les-bains/tags-et-injures-a-policiers-nuit-agitee-dans-les-rues-de-sisteron

 

Nuit agitée à Sisteron. Un adjoint au maire de Digne mis en cause pour injures à policiers

Publié le dimanche 24 octobre 2010 à 17H51

Les taggs ont été tracés avec une peinture facilement nettoyable. Ils recouvraient néanmoins plusieurs côtés de la mairie.

Les taggs ont été tracés avec une peinture facilement nettoyable. Ils recouvraient néanmoins plusieurs côtés de la mairie.

Photo DR

 

Après les pneus de sa voiture crevés à deux reprises, ce sont cette fois les baies vitrées de la mairie de Daniel Spagnou qui ont été détériorées. Si l'auteur du premier délit court toujours, deux personnes en revanche ont été contrôlées pendant la nuit de vendredi à samedi. Si elles n'ont pas commis ces incivilités, comme le déterminera ou pas l'enquête, elles font néanmoins l'objet d'une plainte pour insultes. Tout a commencé vendredi. Suite à un appel anonyme indiquant à Daniel Spagnou qu'une cinquantaine de grévistes viendraient occuper la salle du conseil municipal prévu le soir même, le député-maire a avisé le sous-préfet Mickaël Doré qui a fait déployer un cordon de sécurité d'une vingtaine de gendarmes devant l'hôtel de ville pour filtrer les visiteurs. Le conseil municipal s'est donc déroulé dans le plus grand calme. C'est à l'extérieur que les choses se sont gâtées. "Lorsque je suis sorti vers 23h, explique Daniel Spagnou, j'ai trouvé la ville très animée... J'ai croisé un groupe de 4 à 5 jeunes qui, en me voyant, s'est mis à chanter «L'internationale». J'ai trouvé ça un peu louche".

C'est vers 1h15 du matin qu'il sera tiré de son lit par le chef de la police municipale pour découvrir avec stupéfaction l'état de la mairie, "taguée de tous les côtés!" par des slogans du style "UMP dehors" et autres insultes à l'adresse du chef de l'État. Les employés municipaux ont passé une partie de la nuit à nettoyer ce qui n'était en fait que de la "neige pour vitrine". "C'était leur faire trop d'honneur que de laisser ça", lance-t-il, très remonté.

"Venant d'un élu, c'est vraiment moche"

Cinq policiers municipaux aussitôt partis à la recherche des auteurs sont tombés sur deux hommes, tout près de la mairie, et les ont contrôlés. "Ça s'est envenimé, ils ont très mal vécu d'être contrôlés et ont insulté mes gardes en des termes très grossiers. Ils étaient très agressifs" poursuit M. Spagnou. Les gendarmes sont intervenus et ont relevé l'identité des deux hommes dont l'un est Dominique Vallet, adjoint communiste du maire de Digne, délégué à la solidarité.

Daniel Spagnou a déposé plainte contre X pour "dégradation de bien public", deux agents municipaux ont fait de même pour "outrages à agent de la force publique". Le député-maire tient à exprimer sa plus grande indignation concernant ces événements et indique qu'il est "particulièrement dommageable qu'un élu de la République ne soit pas en mesure de respecter un tant soit peu des fonctionnaires de police faisant leur travail. Je trouve ça lamentable, commente-t-il. Dans la foulée, les taggeurs ont badigeonné à Malijai une voiture qu'ils pensaient être celle de Mme Bareille, maire de cette localité, mais qui en fait appartenait à son voisin. La permanence de l'UMP à Digne a également été leur cible.

 "Quelqu'un de courtois"

Gérard Esmiol, adjoint communisteà Digne, se dit "surpris que cet adjoint, toujours très courtois, ait pu blesser quelqu'un par une parole. Si aujourd'hui on en est là, c'est parce qu'il n'y a pas eu de dialogue pour les retraites, ce qui provoque énormément de tensions". Serge Gloaguen, maire de Digne, n'a pas pu être joint. Vendredi soir, le conseil municipal a voté une délibération pour le remboursement des pneus crevés. Les contribuables seront ravis d'apprendre qu'ils vont payer le nettoyage des murs, et le remboursement des pneus du maire.

La réaction de Dominique Vallet

"Je suis libre comme l’air" commentait hier soir le mis en cause, à l’issue de sa convocation à la gendarmerie de Château-Arnoux. Il explique qu’il se trouvait "au mauvais endroit au mauvais moment".
"Les policiers municipaux et la gendarmerie ont fouillé tous ceux qui étaient sur place" relate le maire-adjoint qui conteste avoir été injurieux envers eux. "Il était minuit environ, on s’était arrêté pour boire un coup quand on a été contrôlé. Ils étaient trois, et deux étaient très énervés et agressifs. Heureusement que les gendarmes sont arrivés, après ça s’est calmé. Quand ils ont vu qu’on n’avait rien sur les mains, rien dans la voiture, et qu’on n’était pas saouls, on a pu repartir. Les tags étaient déjà faits quand on est arrivé. On est capable de faire déplacer des milliers de personnes, on ne va pas aller faire des tags !".
Quant à la plainte ? "On gérera. Mais je conteste complètement. Ils ont été de mauvaise foi dès qu’ils ont vu qu’on n’était pas de la même couleur politique que leur ville."

Partager cet article
Repost0
Published by Syndicat indépendant de la police municipale - dans Faits divers
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 15:46

le Lundi 18 Octobre 2010. dans la catégorie Baromètre

Je viens de l'apprendre, l'un de mes policiers municipaux, réquisitionné sur le territoire d'Evry dans le cadre des manifestations (oui, je sais ça pose question.. mais on y reviendra !!!), a été blessé ce matin lors d'échaufourés !

Outre le fait que l'on puisse se demander comment des policiers payés par les impôts des courcouronnais puissent ainsi mener une mission régalienne que l'Etat semble peut en mesure d'assurer seul, voir ces manifs de jeunes, sur un sujet de retraites (sic !!!) dégénérer de la sorte me donne juste envie de gerber !

Allez, je vous laisse, je vais aux urgences voir mon agent !!!

 

http://www.stephanebeaudet.net/

Partager cet article
Repost0
Published by Syndicat indépendant de la police municipale - dans Faits divers
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 15:17
Partager cet article
Repost0
Published by Syndicat indépendant de la police municipale - dans Faits divers