Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 17:40

Madame Marine Le Pen est rentrée en campagne . Ainsi le Front National a présenté son programme pour la sécurité .

 

Force est de constater que ce programme manque d'une "vision claire" .

 

Nous y voyons des traces de corporatisme marqué .

 

Par exemple :

"- Garantir le statut militaire de la gendarmerie et organiser son retour progressif dans le périmètre du ministère de la Défense"



Il est bien évident que si les officiers supérieurs de la Gendarmerie tiennent absolument à ce statut militaire, ce que l'on comprend aisément , les sous officiers sur le terrain ont un discours bien différent . La possibilité de s'exprimer, de se syndiquer, ne plus être employé 80 heures par semaine à toute heure du jour et de la nuit, cela ne déplairait pas à nos amis gendarmes de terrain . Il faut comprendre qu'un gendarme, si l'on fait le ratio salaires/heures travaillées est bien en dessous du SMIC. Cette revendication vient donc en droite ligne du lobby des officiers, très actif et influent .



Il en est de même pour la Police Nationale :







  • "Reconstitution en cinq ans des effectifs de police et de gendarmerie supprimés depuis 2005 "

Bien entendu, pour l'électeur, cela semble logique . Pourtant la réalité est  plus complexe . On sait en effet qu'à un instant T il y a environ 4000 policiers sur la voie publique sur l'hexagone . En effet ces administrations centralisées sont dévoreuses de personnel. Pour que le citoyen comprenne bien la difficulté nous pouvons comparer la Police Nationale et la Gendarmerie à une armée en opération : pour un combattant qur le terrain il y a 10 militaires qui sont nécessaires pour assurer la logistique (transports, intendance,administration, transmissions, santé etc...)



Avant la RGPP de Nicolas Sarkozy, tous les policiers de terrain qui ont un peu d'ancienneté se souviennent du manque d'effectifs sur le terrain, hors cas particulier de Paris . Passer derrière le périphérique fait changer de monde . Le problème est encore plus criant dans les campagnes et même en revenant aux effectifs antérieurs les gendarmes ne peuvent assurer une présence suffisante sur le terrain qui soit dissuasive et efficace . Et ne parlons pas des délais d'intervention . On peut d'ailleurs noter que les délais d'intervention des pompiers, fonctionnaires territoriaux comme les policiers municipaux sont bien plus courts .



Bref , là aussi, le FN a semble t'il écouté certains de nos collègues policiers nationaux comme si les effectifs étaient le seul problème et qu'ils résolvaient tout .



Le Front National ignore dans son programme les 21000 policiers municipaux présents sur le terrain : ils n'existent pas .



Le Front National aborde à peine l'Administration Pénitentiaire et les tâches que l'on peut lui confier, réforme qui commence à être mise en place par le gouvernement et qui vise à décharger police et gendarmerie nationales de tâches dévoreuses d'effectifs, comme les extractions, gardes d'hôpitaux, sécurité des tribunaux etc



Le Front National ignore la situation de nos collègues Adjoints de Sécurité et Gendarmes Adjoints Volontaires, policiers sous contrat de 5 ans sous payés qui n'ont pas d'avenir crédible dans les fonctions qu'ils ont choisi . Clairement au bout de 5 ans : dehors .



Le Front National ignore la sécurité privée qui ne doit absolument pas s'occuper de la sécurité publique mais qui effectue des tâches importantes 24/24 et dont les effectifs sont de plus en plus importants : est-ce à dire que dans l'esprit du Front National la Police Nationale doit être affectée au contrôle d'accès sur des sites, au transport de fonds et de valeurs, aux interventions sur alarmes dans les lieux privés, à la sécurité dans les établissement recevant du public et toutes missions qui relèvent de ces compétences ?



De même le Front National qui ignore superbement les policiers municipaux veut-il étatiser les sapeurs-pompiers qui ne sont pas des fonctionnaires d'Etat (sauf Paris et Marseille avec statut militaire) ? Pourtant pompiers et policiers municipaux relèvent de la même fonction publique ...



En réalité dans ces domaines le F.N. n'est pas crédible .



Le SIPM/EUROCOP peut lui donner quelques pistes :



-Création d'une fonction publique de la sécurité comme il existe une fonction publique hospitalière. Troncs communs de formations.  



-Suppression des polices municipales et création de la Police Territoriale en s'inspirant du modèle belge. Coordination des forces de Police , la police centralisée devant se concentrer sur ses missions prioritaires : police judiciaire, services spécialisés, renseignement, maintien de l'ordre, défense des institutions, lutte contre le terrorisme, trafics de stupéfiants, crime organisé .



-Fin des "sous emplois" dans la Police Nationale et la gendarmerie et titularisation des personnels ayant donné satisfaction



-Professionnalisation de la sécurité privée à qui doit être confiée les tâches relevant de ses compétences .



-Augmentation des effectifs de l'Administration Pénitentiaire à qui doit être confiée les missions actuellement dévolues à la Police et Gendarmerie nationales dans le domaine des détenus et de la sécurité des tribunaux .

 

-Augmentation des grilles indiciaires dans les forces de sécurité publique, dotations en matériels performants, en moyens informatiques, locaux décents.



-Soutien aux forces de l'ordre lorsqu'elles sont mises en cause injustement . Suivi psychologique des effectifs soumis à des événements traumatisants



-Redéploiement des effectifs sur la VOIE PUBLIQUE .



-Réserve civile de citoyens volontaires formés pour , comme dans l'armée et la gendarmeriefn, soutenir les effectifs .



Constatons que nous en sommes loin ...



Et qu'à l'heure actuelle Madame Le Pen a un programme "flou" .



B/N SIPM-FPIP/EUROCOP le 21/11/2011









Partager cet article
Repost0
Published by SIPM - EUROCOP - dans Politique
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 16:15

 

Meluche.jpg

 

Les Policiers Municipaux demandent aux principaux candidats à l'élection présidentielle leur position concernant notre avenir .

 

Ainsi de Madame Le Pen , Monsieur Hollande ...

 

Dans ce domaine Monsieur Jean-Luc Mélanchon ne s'est pas encore positionné .

 

Quid des 21000 policiers municipaux français ? Quelle place et quel avenir le Front de Gauche leur réserve t'il ?

 

Des amis de Monsieur Mélanchon proposaient d'étatiser les polices municipales .

 

Qu'en pense le candidat ?

 

B/N SIPM-FPIP/EUROCOP le 11/11/2011

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Syndicat indépendant de la police municipale - dans Politique
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 16:08

marine.jpg

 

Madame Marine Le Pen vient enfin de prendre position sur la Police Municipale ... Nous attendons maintenant la position de François HOLLANDE .

 

B/N SIPM-FPIP/EUROCOP le 11/11/2011

 

http://www.armee-media.com/

 

La Grogne : A votre avis quelle est la place des police municipales et des polices de sociétés de sécurité privées dans le pays ?

Madame Le Pen : Les policiers municipaux dont les conditions d’exercice de leur métier sont devenues plus que périlleuses, sont appelés régulièrement à suppléer la police nationale et la gendarmerie dans le maintien de l’ordre sans pour autant disposer de véritables moyens d’agir. Ca n’est pas normal : la police municipale a sa place, importante, mais l’Etat ne doit pas sans cesse se défausser.

Au vu de ces nouveaux objectifs, il m’apparaît nécessaire de renforcer la formation, les capacités d’intervention et de défense des policiers municipaux. Il n’est pas acceptable que ce corps de police soit sous-équipé et que le port d’arme soit soumis à des démarches administratives contraignantes.

La sécurité est une mission régalienne de l’Etat. En confier la responsabilité à des sociétés de sécurité privées revient à renoncer à la mission de service publique de sécurité. C’est inacceptable et dangereux pour la démocratie et c’est la politique de Nicolas Sarkozy. Les missions de maintien de l’ordre doivent relever de l’appareil de l’Etat. Encore faut-il que l’Etat se donne les moyens de l’exercer.

Partager cet article
Repost0
Published by Syndicat indépendant de la police municipale - dans Politique
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 16:43

Pour gagner en 2012 le parti Socialiste doit être crédible sur les questions de sécurité sous peine non seulement de laisser un boulevard à Nicolas Sarkozy, mais également de vivre un nouveau 21 avril à l'endroit . On pourrait penser que l'on confie les questions de sécurité au plan local à un élu de terrain ...Eh bien non !!! C'est monsieur URVOAS qui n'a pas réussi à être élu Maire de Quimper qui donne ses propositions ... Cet élu n'est toujours pas maire et ne l'a jamais été . Et que propose t'il ? Rien de moins que de taxer les communes qui emploieraient "trop" de policiers municipaux !!!! (Proposition 29 : Corrélativement à la proposition n°28 visant à financer des dispositifs non policiers de tranquillité publique,  instaurer un mécanisme de taxation incitant à limiter le développement des polices municipales au-delà d’un seuil calculé en nombre d’agents de police municipale par habitant).

 

Il nous semble que le PS ne manque pas d'élus de terrain disposant de polices municipales efficaces .

 

Ne pourrait-on pas leur confier ces questions ? ou bien la "machine à perdre" est-elle en marche pour le PS ?

 

Simples conseils . Mais les policiers sont aussi des électeurs .

 

 

http://www.tnova.fr/content/contribution-n-18-changer-de-politique-de-s-curitmachine-a-perdre.gif

 

Contribution n°18 : Changer de politique de sécurité Contribution 2012 Par Jean-Jacques Urvoas, Marie Nadel. Le 02/11/2011


En matière de sécurité, l'écart entre les engagements pris par le gouvernement en 2007 et les résultats obtenus est particulièrement frappant : la politique de sécurité sera un des enjeux majeurs de l'élection présidentielle. Il est urgent dans ce domaine de définir un nouveau contrat, en restaurant la relation entre la police et ceux qu'elle protège, en mettant en œuvre une véritable police de proximité, ancrée et pérennisée sur les territoires. Le rapport de Terra Nova "Changer de politique de sécurité" propose de faire de la police un service public à part entière, en rétablissant la confiance entre police, gendarmerie et usagers, en rompant avec la politique du chiffre, le simplisme de la "vidéoprotection" et de l'opposition police-justice, par la mise en place d'un service public de la sécurité modernisé, territorialement adapté, tourné vers la protection des personnes et rendant des comptes aux usagers.

Synthèse des propositions

 

1.    Proximité
 
Proposition 1 : Transformer l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales en autorité administrative indépendante.
 
Proposition 2 : Sensibiliser et former les personnels de police aux valeurs du service public.
 
Proposition 3 : Former et autoriser les directeurs départementaux et chefs de services locaux à communiquer sur leur action.
 
Proposition 4 : Mettre fin à la politique du chiffre au profit d’une approche fondée sur la qualité du service rendu à la population.
 
Proposition 5 : Promouvoir aux échelles nationale et locale des programmes d’évaluation des politiques menées et de la satisfaction des usagers.
 
Proposition 6 : Faire des Conseils locaux de sécurité et de prévention de la délinquance de véritables conseils d’orientation de la police locale, en instituant des modalités régulières de compte rendu d’activité des services fondés sur des critères qualitatifs et la résolution de problème, ainsi qu’en intégrant les conseils aux dispositifs d’évaluation des services.
 
Proposition 7 : Créer un module de formation des personnels de police consacré aux usagers les plus fragiles, notamment les seniors et les victimes de discrimination.
 
Proposition 8 : Imaginer un dispositif de détachement sur la base d’un contrat de droit public permettant une rémunération majorée pour fidéliser les personnels de police.
 
2.    Précocité
 
Proposition 9 : Instaurer un tronc commun de la formation pour tous les professionnels concourant à la politique publique de sécurité : éducateurs, policiers et magistrats.
 
Proposition 10 : Favoriser la mobilité professionnelle et les passerelles entre corps et ministères pour les personnels concourant à la politique publique de sécurité.
 
Proposition 11 : Instaurer pour la police nationale des recrutements au sein d'un « vivier » régional et départemental, permettant à la fois de disposer de personnels stables géographiquement et de rapprocher les policiers de la population.
 
Proposition 12 : Rendre obligatoire la présence de magistrats du siège dans les CLSPD.
 
Proposition 13 : Transformer les CLSPD en instances de décision et non plus seulement d'échanges et de concertation.
 
Proposition 14 : Doter les CLSPD de compétences financières, en soumettant à leur validation l’attribution de subventions du FIPD.
 
Proposition 15 : Encourager le développement de dispositifs déjà expérimentés dans de nombreuses villes afin d'accompagner les enfants et les adolescents, y compris dans le temps extrascolaire : aide éducative du soir dans les écoles, accompagnement à la scolarité dans les maisons de quartiers.
 
Proposition 16 : Développer les dispositifs d'aide à la parentalité, en transformant les Conseils pour les droits et les devoirs des familles en Conseils de Soutien aux Familles.
 
Proposition 17 : Ériger la lutte contre le décrochage scolaire en tant que priorité, notamment en développant les classes relais.
 
Proposition 18 : Faire du maire le réel coordonnateur de l’ensemble des dispositifs de prévention de la délinquance, en imposant des règles de contrôle de l’activité et de mise en cohérence des dispositifs.
 
Proposition 19 : Renforcer notablement les moyens des dispositifs de prévention précoce de la délinquance      
 
Proposition 20 : Consentir un effort budgétaire conséquent en faveur du traitement judiciaire rapide des délits, et notamment de ceux commis par des primo-délinquants.
 
Proposition 21 : Améliorer l'effectivité et l'exécution rapide des peines, notamment en accroissant les effectifs des conseillers d'insertion et de probation.
 
Proposition 22 : Supprimer les peines de prison pour les mineurs, sauf en cas d’atteintes graves aux personnes
 
Proposition 23 : Evaluer l’incidence d’un placement en CEF sur la réinsertion des mineurs.
 
Proposition 24 : Renforcer les moyens de la Protection judiciaire de la jeunesse.
 
Proposition 25 : Systématiser le « principe de réparation du tort causé à autrui et à la collectivité », et développer le recours aux Travaux d'intérêt général.
 
 
3.    Clarté
 
Proposition 26 : Fusionner en un « Code de la sécurité locale » les textes de référence de la police municipale.
 
Proposition 27 : Inclure un financement des polices municipales dans l’enveloppe du Fonds Interministériel de Prévention de la Délinquance.
 
Proposition 28 : Instituer un financement étatique des dispositifs alternatifs de tranquillité publique (médiateurs de rue, correspondants de nuit, équipes de sécurisation des immeubles sociaux).
 
Proposition 29 : Corrélativement à la proposition n°28 visant à financer des dispositifs non policiers de tranquillité publique,  instaurer un mécanisme de taxation incitant à limiter le développement des polices municipales au-delà d’un seuil (calculé en nombre d’agents de police municipale par habitant).
 
Proposition 30 : Clarifier le rôle de chacun des acteurs à travers des conventions de partenariat plus précises (répartitions géographiques et horaires, formulaires communs, protocoles d'échange d'informations nominatives, liaisons radio harmonisées, cellules de crise anticipée…) et plus contraignantes (évaluation régulière, présentation publique, réactualisation obligatoire…). Le chef de la circonscription de sécurité publique sera associé à la rédaction et signataire des conventions de coordination.
 
Proposition 31 : Définir, dans un souci de cohérence, un périmètre identique entre le champ de la loi de 1983 et celui des métiers soumis au contrôle du CNAPS.
 
Proposition 32 : Élaborer une loi sur la sécurité privée et l'ensemble des activités relevant de ce secteur.
 
4.    Innovation
 
Proposition 33 : Réduire l’organisation nationale des deux forces à trois directions : une direction centrale de la Sécurité Publique (sécurité publique, sécurité routière), une direction centrale de la Sécurité de la République (renseignements, ordre public et protection, sécurité des transports et police des frontières) et une agence nationale et internationale de Police Judiciaire rattachée au ministère de la Justice.
 
Proposition 34 : Déconcentrer les deux forces sur une base régionale.
 
Proposition 35 : Supprimer les directions départementales et les groupements départementaux et articuler les échelons locaux autour des circonscriptions de police et des compagnies de gendarmerie.
 
Proposition 36 : Instaurer une coordination opérationnelle des deux forces de sécurité au plan départemental.
 
Proposition 37 : Limiter le nombre des brigades spécialisées dans les interventions « coup de poing » et renforcer les équipes locales polyvalentes.
 
Proposition 38 : Elaborer pour chaque force de sécurité un « contrat opérationnel » sur cinq années, servant de base à la nomination des deux directeurs généraux.

Partager cet article
Repost0
Published by Syndicat indépendant de la police municipale - dans Politique
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 17:50

521965-quimby largeBelgique :

 

En 1961, certaines dispositions de la Loi unique, consacrées à l'organisation territoriale des communes, permirent une simplification des fusions. La compétence de supprimer des communes fut confiée pour une période de dix ans au pouvoir exécutif. Des communes pouvaient se grouper sur base de considérations financières, mais aussi d'éléments géographiques, linguistiques, économiques, sociaux ou culturels.[réf. souhaitée]

C'est ainsi que le nombre de communes était de 2 663 en 1961, de 2 586 en 1965 et de 2 359 en 1971.

Lucien Harmegnies, ministre de l’Intérieur sous le gouvernement de Gaston Eyskens (19681972), décide de procéder au remembrement du territoire. En 1971, le champ d'application de la Loi unique est élargi afin de la rendre applicable dans le cas des grandes agglomérations, initialement exclues de ces dispositions. C'est un autre ministre de l'Intérieur, Joseph Michel, du gouvernement de Leo Tindemans, qui mène le projet à son terme[1],[2].

Par l’arrêté royal du 17 septembre 1975[3], ratifié par la loi du 30 décembre 1975[4], le nombre de communes est réduit de 2 359 à 596. La fusion est effective au 1er janvier 1977.

Après la fusion anversoise de 1983[5], il ne reste plus que 589 communes : 308 en Région flamande, 262 en Région wallonne et 19 en Région bruxelloise.

 

(Source Wikipédia)

 

 

Italie :

Rome prévoit la fusion des communes de moins de 1 000 habitants et la suppression de 37 provinces de moins de 300 000 habitants dont le chef-lieu disparaîtra au profit de la région à l'échelon supérieur. Du coup, moins d'élus locaux seront nécessaires. Le gouvernement table sur la suppression de 50 000 postes d'édiles

http://www.leparisien.fr/economie/italie-des-mesures-drastiques-appreciees-par-la-bce-et-berlin-13-08-2011-1564928.php

 

Les coupes budgétaires porteront donc davantage sur la politique et l'organisation de l'Etat. Après avoir résisté pendant plusieurs mois, Silvio Berlusconi s'est résigné à diminuer le nombre d'échelons administratifs. Une trentaine de provinces (l'équivalent des départements français) de moins de 300.000 habitants seront supprimées de même que près de 2000 communes de moins de 1000 habitants. Au total, le gouvernement a prévu de réduire de 54000 unités le nombre de postes d'élus ou de conseillers. Pour satisfaire l'opinion publique qui depuis des années réclame la fin des privilèges de la « caste politique », toute une série de petites normes ont aussi été entérinées parmi lesquelles l'obligation pour les parlementaires de voler en classe économique.

http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20110815trib000642436/silvio-berlusconi-se-resigne-a-l-austerite.html

 

France :

Il y a en France environ 500 000 conseillers municipaux (maires inclus), certains étant de grands électeurs élisant les sénateurs.

Au 1er mars 2008, la France comptait 36 783 communes réparties de la manière suivante :

Ce nombre est nettement plus élevé que dans la plupart des pays européens : l’Allemagne compte environ 13 000 communes, l’Espagne et l’Italie environ 8 000 ; la Belgique possède 589 communes, le Royaume-Uni ne possède pas de division territoriale similaire. À elle seule, la France représentait la moitié de la totalité des communes européennes[9] jusqu'à l'adhésion de dix nouveaux membres au 1er janvier 2004. (souce wikipédia)

 

500 000 élus locaux qui élisent eux même les sénateurs ....En gros toute réforme de fond des collectivités territoriales se heurte, de fait, à la pression électorale des notables . Pouvons nous nous permettre d'avoir en France 36783 communes ? C'est à dire autant d'administrations locales, avec ce que cela représente en fonctionnaires territoriaux,employés, frais de fonctionnement, matériels, locaux ? Ne serait-il pas plus logique que les communes se regroupent et qu'on élise au suffrage universel direct les maires qui auraient ainsi le rôle dans la communauté de communes qu'ont les maires d'arrondissement à Marseille ou à Paris ? Quelles économies seraient réalisées ainsi ? Mieux , pour ne parler que de la Police Municipale il est bien évident que regrouper les effectifs sur un territoire cohérent coûte moins cher et est beaucoup plus efficace . A l'heure actuelle, dans nombre de petites communes, la Police Municipale est composée d'un ou deux fonctionnaires qui ne peuvent travailler de jour et de nuit, c'est à dire quand on a vraiment besoin d'eux. Tout cela pour satisfaire des querelles d'égo . Eh bien la réalité est que la féodalité est revenue par la fenêtre . Contribuables et citoyens exigeons des candidats à la présidentielle une véritable réforme territoriale . Avec les communautés de communes nombre d'élus locaux ont réussi le tour de force non de mutualiser les moyens mais de créer un échelon supplémentaire , avec des embauches et des dépenses en plus . Tout cela ne sert à rien , sauf à dépenser de l'argent public . Rien ne sert de faire des économies au niveau de l'Etat central si les collectivités jettent l'argent par les fenêtres . Mais quel homme politique aura le courage de s'attaquer au Sénat, à l'association des maires de France , bref à un lobby de pouvoir et d'argent ? De Gaulle a essayé . Cela lui a coûté la Présidence . Sommes nous incapables de faire ce qu'ont fait la Belgique et l'Italie ? Une commune, un département, une Région se gèrent en bon père de famille . Pas à coups de dépenses somptuaires ou de prestige , ou en emprutant des "emprunts toxiques" . Car quand votre élu quitte son poste ...Vous continuez à payer .

 

B/N SIPM-FPIP/EUROCOP le 30/10/2011 

Partager cet article
Repost0
Published by Syndicat indépendant de la police municipale - dans Politique
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 07:54
ps
Partager cet article
Repost0
Published by Syndicat indépendant de la police municipale - dans Politique
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 16:03

Après les résultats des "primaires citoyennes" nous sommes fiers d'avoir contribué, à notre échelle, au soutien à Manuel VALLS . Certains peuvent penser que le résultat du député-maire d'Evry est relativement faible . Nous pensons au contraire que ce résultat est encourageant pour l'avenir . En dehors des personnes qui sont extrèmement intéressées par la politique, Manuel Valls était encore peu connu il y a peu de temps . Il est évident que cette campagne a permis de faire connaître Manuel Valls à la France entière . Manuel Valls a semé pour le futur etvalls récoltera les fruits dans un futur proche . Pourquoi ? Parceque les faits sont têtus et que le langage de vérité s'imposera de lui même . Nous tenons à remercier les collègues policiers et leurs familles qui se sont déplacés pour aller soutenir Manuel VALLS . D'autres n'ont pas compris que voter pour Valls c'était soutenir la police et faire barrage aux "bisounours " irresponsables . Pour eux aussi, tôt ou tard , la vérité s'imposera . Pour le second tour des "primaires citoyennes " nous ne voyons pas de candidat correspondant à nos aspirations . Au premier tour on choisit, au second on élimine . Nous soutenions Manuel VALLS en raison de ses positions claires et cohérentes sur l'organisation de la sécurité en France et de sa réussite locale . Nous ne soutenions pas un parti, pas un camp . Juste un homme qui nous paraît honnête, droit et pro police .

 

Les électeurs sont assez grands pour aller dimanche éliminer le/la candidate qui lui paraît dangereux(se) pour l'avenir de la France ou bien d'aller à la pêche .

 

A notre ami Manuel VALLS nous disons BRAVO pour ce premier essai !

 

Et nous lui dédions cette chanson un classique de J.J. Goldman :

 

 
 
Je n'ai pas mérité de jouer du rock'n'roll
Mes ghettos mes idées ne sont pas homologués
J'ai pas le bon blouson j'ai pas les bonnes bottes
Et en haut de mon bras je n'ai rien fait tatouer.
J'ai donné aux curés du sauvetage collectif
J'ai joué les mêmes notes swingué les mêmes riffs
Peu à peu j'ai compris les données du débat
Que rien ne bouge et l'égalité par le bas.
Et tant pis si la foule gronde
Si je ne tourne pas dans la ronde
Papa quand je serai grand je sais que je veux faire
Je veux être Minoritaire.

J'ai pas peur (x3)
J'ai mon temps mes heures

J'ai pas peur (x3)
Un cerveau un ventre et un cœur

J'ai pas peur (x3)
Et le droit à l'erreur.

J'ai pas la fascination des petits tueurs
Miniloubarrivistes ou grands rastallumés
Les rats de la misère et ses perpetueurs
Qui jouent tellement bien le rôle qu'on leur fait jouer
Je ne sais pas encore d'où viendra la lumière
Les solutions magiques plus douces et plus belles
Je ne suis pas certain qu'elle sortira des computers
Mais je suis sur qu'elle ne viendra jamais des poubelles.

J'ai pas peur (x3)
J'ai mon temps mes heures

J'ai pas peur (x3)
Un cerveau un ventre et un cœur

J'ai pas peur (x3)
Et le droit à l'erreur.

J'en pendu mon cerveau aux potences du ciel
Je l'ai pendu si haut et je rêve quand même
J'ai vendu mes oreilles aux silences des hommes
Jusqu'au fond du sommeil je les entends qui sonnent
J'ai jeté leurs prières et leurs plaintes sans larmes
Et je me suis reforgé de nouvelles armes
Pour ne plus m'attendrir pour ne plus en souffrir
Pour entendre et sentir avant de réfléchir.
Et tant pis si la foule gronde
Si je ne tourne pas dans la ronde
Papa quand je serai grand je sais que je veux faire
Je veux être Minoritaire.

J'ai pas peur (x3)
J'ai mon temps mes heures

J'ai pas peur (x3)
Un cerveau un ventre et un cœur

J'ai pas peur (x3)
Et le droit à l'erreur.
 
Allez Monsieur Valls ! Cela ne fait que commencer !

 

B/N le 11/10/2011

SIPM-FPIP/EUROCOP

Partager cet article
Repost0
Published by Syndicat indépendant de la police municipale - dans Politique
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 19:16

DEMAIN DIMANCHE 9 OCTOBRE 2011 VOTONS ET FAISONS VOTER MANUEL VALLS LE CANDIDAT DU BON SENS POUR LES POLICIERS ! Securité valls

Partager cet article
Repost0
Published by Syndicat indépendant de la police municipale - dans Politique
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 18:26
Partager cet article
Repost0
Published by Syndicat indépendant de la police municipale - dans Politique
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 21:50

de gaulle 800 600

 6- Renforcer la sécurité des Français et l’autorité de la justice nationale

 « Etre libre, c’est être responsable. Ceux qui ne respectent pas les règles de la société et les valeurs de la République doivent être sanctionnés avec rigueur. Nous rejetons le sentiment d’impunité et le laxisme qui conduisent au désordre dont souffrent les plus faibles. »

 - rendre effective l’exécution des peines en supprimant leur réduction automatique et en instituant un seuil incompressible égal au 2/3 de la peine prononcée, 

- renforcer tous les dispositifs d’évaluation de la dangerosité et intensifier toutes les mesures de sûreté propres à prévenir la récidive,

- généraliser le suivi socio-judiciaire pour les personnes condamnées pour un crime ou délit sexuel, 

- réformer l’ordonnance de 1945 sur la délinquance des mineurs, 

- créer un service citoyen obligatoire à la Nation,

- développer le travail d’intérêt général,

- instaurer le délit d’outrage à la Nation : pénalisation des outrages et insultes à l’ensemble des symboles de la Nation française,

- déjudiciariser un certain nombre de contentieux (divorces par consentement mutuel), surendettement, crédits à la consommation, par exemple) pour recentrer le juge sur ses missions essentielles et pour ne réserver sa saisine qu’en cas de contestation,

-  informer systématiquement les maires de l’installation sur leur commune d’un condamné sous surveillance judiciaire ou sous surveillance de sûreté, 

- construire de nouvelles prisons et rénover les plus vétustes afin d’obtenir plus de 100 000 places en 2020, seul moyen de garantir l’exécution réelle des peines),

- étendre les pouvoirs des polices municipales pour renforcer leur soutien aux actions de la Police Nationale et de la Gendarmerie.

 

 

Commentaire du SIPM-FPIP/EUROCOP : ces propositions sont fort intéressantes . Concernant la Police Municipale il est dommage que la Droite Pop' reste un peu vague : les policiers municipaux n'ont pas forcément besoin d'une extension de leurs compétences : un agent de police judiciaire adjoint peut CONSTATER TOUTES les infractions à la loi pénale . Les Polices Municipales doivent être généralisées et armées. Leurs missions clairement définies (plus de policiers employés à transporter le courrier et autres missions indûes) . Dans ce domaine la Droite Pop' ne doit pas hésiter à être aussi audacieuse que ...Manuel Valls .

 

B/N le 30/09/2011

Partager cet article
Repost0
Published by Syndicat indépendant de la police municipale - dans Politique